Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 19:00


  

J'ai dans ma tête une fragrance
Enivrante et perturbatrice à souhait
Comme un retour d'adolescence
D'un Xérès consommé à l'excès

Foule d'idées qui me compressent
D'émois jouissifs et discrets
Avant que de nouveau ne paraissent
Les sceaux bien gardés des secrets

Le corps transi par l'habitude
Se délecte à nouveau de ce miel
Risquant la chute d'attitude
Amer poison au goût de fiel

Et dans l'écart souvent je rêve
A l'astre du profond infini
Au chant des vagues sur la grève
A l'encre d'un papier jauni

La fleur bleuie par l'éphémère
Accrochée aux murailles du temps
Si douce, si tendre, mais si chère
M'a transporté vers un printemps

Et si la saison ne se lasse
De jouer à l'enfant moqueur
Dans un solo de contrebasse
S'égare en rythme mon cœur



busard

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sonja 06/08/2008 10:30

Le temps prend une proportion énorme... à tes yeux. Tu le disposes comme tu l'entends la plupart du temps (justement).Tu le rythme avec et entre tes écrits.Cette poésie coule gracieuse et délicate...J'aime !Je reviendrais un peu plus longtemps un autre jourPenséesSonia

busard 06/08/2008 13:32


Flap ... et je lirai tes commentaires avec délectation !


fatna 06/08/2008 10:21

bonjour, merci pour ta visite sur mon blog algeriennepourtoujours..tu as un magnifique blog, super, bonne continuation

busard 06/08/2008 13:27


Flap ... merci de la visiste ... à bientôt !!!


Ptitsa 10/07/2008 21:42

Je voulais dire, avec la puissance et la justesse d'une fronde... pas que ça me fait mal. ;)

busard 11/07/2008 09:08


Flap ... j'avais compris mais j'ai trouvé l'image amusante !!!


Ptitsa 10/07/2008 09:48

Pour moi, jamais ne me lasseDu chant du noble oiseau moqueurQuand sur mon jardin, son vol passeSon tire-d'ailes me fait bonheurEn silence, parfois, m'arrête iciPour goûter l'eau mélodieuse, profondeDe sa subtile poésieQui m'atteint au coeur comme fronde.

busard 10/07/2008 16:44


Flap ... ah non pas la fronde ... merci pour ce commentaire si bien construit !!!