Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 17:52

Flap ... l'oiseau s'est posé la semaine dernière à l'Intitut du Monde Arabe à Paris pour un concert de Hassan Haffar qui m'a vraiment touché. Bien que n'ayant pas compris les paroles (je ne comprend ni ne parle l'Arabe) qui parlait de l'Amour et de la lune (c'est un ami qui me l'a confié), son chant était tel que la magie et le sacré ne pouvait que rejaillir sur un auditoire même inculte comme moi. Ses textes sont tirés de poèmes de Mansur al-Hallaj qui est né vers 857 (ou 244 de l'Hégire), est mort le 26 mars 922 (ou 309 de l'Hégire) à Bagdad et dont l'oeuvre est immense :

"Quelle terre est vide de Toi pour qu'on s'élance à Te chercher au ciel ? Tu les vois qui Te regardent au grand jour mais aveugles ils ne Te voient pas"


"Par orgueil je refusais le bonheur de l'amour. Et je subis le châtiment de l'orgueil"


Alors en écho à ce chant, après le récital, j'ai écris ce poème ...


 

Tes mots ne sont les miens mais ils expriment le jardin de mes pensées, douleurs et peines.

 

Les tourments que tu sublimes exhalent des soupirs qui s'attachent et se collent à tes rêves de femme.

 

Cette lune enchanteresse que tu chantes éclaire de sa pâleur le désarroi de ta profonde humanité.

 

Pentatonique, ta voix roule et se perd aux regrets de la rose, image de Rachel dont le parfum m'enivre de larmes sucrées.

 

Tes mots ne sont pas les miens mais ton chant est la passerelle que je franchis pour te rejoindre.


busard
20/03/2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MARILOU 15/04/2009 20:15

Ils mettent en place les choses petit à petit. J'ai pu avoir une promesse d'accréditation pour couvrir l'événement. Mais j'ai déjà commencé à travailler et mis en ligne mes premiers contacts. Je viens de rencontrer une des conteuses que je connaissais déjà et que j'apprécie. J'ai mis en ligne une partie de  notre entretien en attendant d'exploiter le reste. J'ai d'autres RV mais j'y vais molo... Pas beaucoup de temps et mon travail m'accapare beaucoup... Il faut bien gagner son tieb bou diene à la sueur de son front!A bientot Busard. Toujours heureuse de vous lire.

busard 16/04/2009 20:06


Flap ... là c'est moi qui envieux ... rencontrer une conteuse !!!

Je m'en vais de ce pas, en volant bien sur, voir cela sur ton site.


Marilou 14/04/2009 13:44

Partager tous ces moments de vie intense! Comme j'aurais aimé assister à ce concert! Tes poèmes sont pétris d'humanité, de sensibilité...

busard 15/04/2009 20:03


Flap ...  mes poèmes tentent de répondre à l'humanité que je perçois et cette humanité est partout tout autour de nous ... comment se passe les journées de Gorée ?


Monique 02/04/2009 12:20

Acte de contrition : Effectivement ce "parfois"-là n'eût jamais vu le jour sans une petite tournure dont il conviendrait que l'auteure se débarrassât. Auteure qui aspire à la douceur et à la beauté avec force et qui les ayant trouvés est capable de gâter l'instant. Merci Busard de me l'avoir dit aussi gentiment.

busard 02/04/2009 18:04


Flap ... ahhhh les mots que ne leur fait-on dire ??? 


Koka 02/04/2009 10:31

Quelle sensiblité, quelle humanité dans ces mots... Merci pour cette agréable parenthèse de silence et de paroles qui s'entremèlent.

busard 02/04/2009 18:03


Flap ... le busard rosit sous le compliment ... pff un busard rose !!!!!!! 


Monique 01/04/2009 10:51

Sublime ce poème et ce visage est d'une grande beauté. Comme j'aurais aimé être de ces instants à l'institut du monde arabe. Merci cher Busard pour ces moments où je me sens si bien parfois chez vous. Amitiés.

busard 02/04/2009 08:48


Flap ... Merci Monique pour ce compliment ... la vie est souvent pleine de surprise et cette invitation en a été une.

Le "Parfois" se réfère sûrement à mes interventions un peu décalées sur votre blog. Je concède que l'intransigence n'est pas mon fort. Voir les choses en noir ou blanc souvent ne les fait pas
avancer. La compromission n'est pas un aveu de faiblesse mais une force ... le pas qui mène à l'autre et brise les différences.

A très bientôt !!!

busard