Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 11:20

 

Tes yeux me renvoient à mon âme,

 

Où s'y reflètent mes désirs.

 

Ils brillent de tes espoirs.

 

Ta présence me réconforte

 

Et brise cette solitude

 

Enracinée dans mon esprit.

 

Ton sourire est une lumière

 

Et ton rire un enchantement.

 

Ta voix m'apaise de mots elfiques

 

Que je ne comprends pas.

 

Mes délires inondent ta pensée

 

De volutes salvatrices.

 

Ton corps est l'aimant du mien.

 

busard

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ptitsa 05/08/2008 17:44

Merci... tu me fais rosir. Du coup, j'ai l'air aussi niaise que toi en busard fraise. :DQue veux-tu, je ne peux pas à chaque fois te laisser des flops... ;)Des fois, je m'applique.

busard 06/08/2008 09:32


Flap ... hop tous les deux colorés ... as-tu le "Le baiser" ?


Ptitsa 01/08/2008 23:55

Je n'y manquerai pas, dans tes mots je me baigneQue ta musique rie, ondoie, me berce ou saigneJe ne reviens jamais lassée de ces voyagesAu pays douceur feu calme épices où m'enlèvent tes pages.

busard 03/08/2008 10:00



Flap ... "Au pays douceur feu calme épices" ... j'adore !!!



Ptitsa 31/07/2008 12:22

Une heure déjà que je me suis posée dans le nid du busard ! Comme ici le temps file, et ce n'est un hasard...Ta musique me hisse à si haute altitudeQue je dois m'en remettre à ta mansuétude :Chez toi Grand Maître Flap, mon seul et unique flipEst de laisser un com' bête et mou qui tombe, flopQui à tes vers s'emmêle, maladroitement s'agrippeEt voulant les lustrer, au contraire les salopeJe n'ose plus rien dire, je te laisse, hip hip hipMais je reviendrai vite, oh que oui, hop hop hop !

busard 31/07/2008 14:40


Flap ... Ptitsa

Ecoute la musique et laisse toi bercé
Par la vague qui traine et se fend à l'étrave
A la couleur des eaux où brille le moiré
A la douceur des mots plus brûlants que la lave