Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 13:06

  

 asiootu1.jpg

 

 

Que le vent vienne et me prenne 

 Feuille d’automne emportée

 Tourmentée dans cette rue si vide

 Sous le pas du passant qui m’ignore.

 

 

La vie glisse et le froid du pavé résonne

Ta voix est un chant lancinant

Gouttes de pluie sur ma nuque

Et ton cri en mon être frissonne

 

 

Là bas

L’enfant sale qui pleure

Les yeux perdus à l’infini du rêve

Les pieds figés dans la poussière

 

 

Le char fonce sur lui

Canon pointé sur la douleur

La pierre ricoche

Inéluctable le char avance

 

 

Ici

L’écran vomit les images et mon indifférence

Accrochée à des certitudes et à mes peurs

Reset de disque dur

 

 

Je resterai …

Seul face à moi

Seul avec toi

Même si tu ne me veux pas

 

 

Je resterai …

Moi

Quoiqu’on en dise

Avec de valeurs que l’on n’achète pas

 

 

La balance des couleurs

Passe du pourpre au vert

Gris de mes pensées

Et l’étoile si loin brille encore

 

 

L’étoile si loin que j’attendrai

Bien au-delà de mes délires

Bien en deçà de tes sourires

Je resterai …

 

 

 

busard

le 28/01/2011

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine 17/02/2011 02:52



Tu as tort de penser que l'article sur la jeune fille qui pleure son oiseau mort est le préféré de tes visiteurs à cause de Greuze...


C'est aussi un très beau poème qui m'avait émue.


 


Douce journée, Busard.



busard 17/02/2011 21:33



Flap ... les statistiques sont surprenantes, ce sujet vient en deuxième position après busardeco ... mais là je ne sais pourquoi



Quichottine 17/02/2011 02:42



Je passe, comme la feuille dans le vent, léger papillon m'abreuvant de nectar, et je m'arrête ici, je te lis, et je sais que si le temps me le permettait, je serai là plus souvent.


 


Reste, Busard. Tu es là, même solitaire, tes mots sont toujours aussi beaux.


Prends bien soin de toi.



busard 17/02/2011 21:25



Flap ... merci quichotinette, merci de ce passage dans mon nid bien isolé, merci de ces mots qui réconfortent §