Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 13:46

IMG00542-20110717-1837

 

 

 

Bouzigues, été 2011, on se croirait en automne et pourtant on est en plein mois de juillet. Bouzigues, le bord de l’étang de Thau, face aux parcs à huitres. C’est dimanche, il n’y a presque personnes. Un monde à part se dessine devant moi. Un monde hors du temps car rien ne peut laisser deviner que l’on est en 2011 ; vingt ou trente ans plus tôt cela ne ferait pas de différences. Un monde hors de l’espace, est-on vraiment en France ? Ce chaos organisé me renvoie loin d’ici.

 

Je suis avec mon beau-cousin. On regarde les bateaux, il cherche un « sapinou » avec un arrière large. En vrai breton, il semble s’y connaître en sapinou. On rencontre un mareyeur désœuvré qui revient sur son lieu du travail le dimanche, par ennui  sans doute.

 

- Non il n’y a pas de sapinous ! C’est la crise, les essaims huitres de six mois meurent, beaucoup, et les entreprises ferment les unes après les autres, vendent leur local, leur matériels …

 

Un grand silence se fait.

 

- Non vraiment il n’y a pas de sapinous à vendre. Regarder les annonces !

 

Il ne parle plus. On continue donc notre promenade dans les coquilles d’huitres et de moules séchées. L’odeur est forte mais cela ne me dérange pas. On marche en silence, on est bien. On a laissé les deux cousines en grande discussion, c’est incroyable tout ce qu’elles ont à se dire.

 

Un vieux monsieur nous dit bonjour en passant. On le salue aimablement, il nous serre la main et il commence à se raconter. Il habite là, avec sa femme, sur le bord de l’étang, l’été il vient à la « baraquette ». Il a travaillé là cinquante ans en tant que mareyeur. Il est retraité à présent. Il a casé ses deux filles qui ont un bon travail. La plus grande est mariée. La seconde va bientôt l’être. Il est bien et content. La vie est belle devant l’étang. En quelques phrases, on sait tout de sa vie. On lui parle bateau.

 

- oui des bateaux à vendre il y en a plein, vous savez la crise, de mon temps ...

   

Un silence de quelques secondes mais il se reprend vite.

 

- Vous prendrez bien un pastis ?

Une telle invitation par ici ne se refuse pas. On monte à l’étage de la baraquette, salue son épouse qui rapidement prépare l’apéritif, pastis et chips. La première gorgée est comme à chaque fois délicieuse. Le reste …  vous avez dans le midi, on ne dévoile pas les secrets !

 

 

 

 

 

busard

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires