Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:07
S6300786_bis.jpg



Plus on avance sur le chemin et plus le corps s'habitue à la marche.
 
Les douleurs provoqués par les cailloux s'atténuent et le souvenir des difficultés s'estompent.

Il ne reste que le plaisir de la marche.

Avance, chaque pas te fait découvrir un nouveau paysage et ces pas t'appartiennent.

Sent ce vent sur ton visage, laisse toi griser par lui.

Cueille la fleur au passage.

Regarde l'oiseau qui tourne dans le ciel.

Réchauffe ton esprit aux rayons du soleil qui se lève.

Capte l'instant présent et rêve.

Le rêve conduit le pas du marcheur plus surement sur la route.  






busard
Repost 0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 21:17


Quichotinerie.jpg

Flap ... je dépose ici quelques citations ... comme un poisson navigant à contre courant !


«Le pire risque, c'est celui de ne pas en prendre.»
[ Nicolas Sarkozy ]

«Si la vérité blesse, c'est la faute de la vérité.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Extrait d'une Conférence de presse - 4 Mai 2004

«Quand on a le sentiment que le temps est compté, on agit plus et plus vite.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Extrait d'une interview dans Le Monde - 17 Juillet 2004

«Que celui qui ne prend aucun risque, en réalité, les prend tous.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«Tout est complexe entre un homme et une femme, mais quand tout est public, alors les petits événements de la vie quotidienne deviennent des monuments.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«L’épreuve, c’est l’absence, pas la blessure de vanité.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«A chaque époque ses solutions, mais ses solutions fortes, volontaires, déterminées.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«J’abhorre le racisme. Je déteste la xénophobie. Je crois dans la force et la richesse de la diversité.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«Etre candidat pour le prestige de la fonction ne m’intéresse pas.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«Aller au bout de soi-même, c’est toujours ce que j’ai voulu.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«J’aime les gens, y compris dans un univers hostile. Il y a toujours une façon de se parler.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«Je préfère risquer en osant, que regretter de na pas avoir su saisir l’occasion qui se présentait.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«Il n’y a pas de fatalité pour celui qui veut bien oser.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Témoignage

«Plus on manifeste un désaccord sur le fond, plus on doit être attentif à la forme.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Extrait du journal Le Monde - 9 septembre 2006

«Allié ne veut pas dire rallié.»
[ Nicolas Sarkozy ] - Extrait du journal Le Monde - 9 septembre 2006



busard

Repost 0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 21:01
Pb240159bis.jpg



Le Requin baleine (Rhincodon typus) est un poisson cartilagineux, qui est le plus grand poisson existant aujourd'hui, dépassant la taille de la Païche (Arapaima gigas) de l'Amazone, du Poisson-chat géant du Mékong, du Régalec (Regalecus glesne) ou du poisson lune[1]. Ce requin pourrait exceptionnellement atteindre 20 mètres de long, pour un poids de 34 tonnes[2], mais la taille observable est en pratique toujours comprise entre 4 et 14 mètres[3].

Cet immense requin est totalement inoffensif pour l'homme, en effet il se nourrit uniquement de plancton, de krill, d'algues, de petits crustacés, de petits calmars ou de petits poissons de moins de dix centimètres (maquereaux, thons). Pour compenser la petite taille de ses proies, il doit avaler de grandes quantités de nourriture (près d'une tonne de plancton par jour). Pour cela, il filtre l'eau qu'il avale par son immense gueule.


Wikipedia
============================================================================================

Flap ...

Un géant qui ne mange que du tout petit ... surprenant n'est-ce pas ? 



 busard
Repost 0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 21:22
pouasson1.jpg

Flap ... l'oiseau dans un milieu marin çà le fait pas ... hum quoique les Cormorans vont bien sous l'eau pour pêcher !

Haikomique


" Pouasson
au fond
t'es bon !"




busardement
Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 22:06
PB240125.JPG


 

 

Love is like poppy
Red and so pretty
You want to catch it
Just a little bit

Love is so funny
But so transitory
You bring it in your mind
Nothing you can find

Love is like a game
Golden flowers fame
You play for winning
Often for crying

Love will be a colour
Behind a small door
When heart knocks your soul
In love you may fall





busard

Repost 0
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 21:24
bird6-tris.jpg

 
*

 

L'oiseau est triste
Son vol est lent
A contre vent
L'oiseau est triste

Et son cœur saigne
Des larmes d'amour
Sur ses joues de vautour
Et son cœur saigne

L'oiseau a mal
Il étouffe ce soir
Car il est dans le noir
L'oiseau a mal

Son âme pleure
Perdue dans l'infini
Du temps et de l'oubli
Son âme pleure

L'oiseau est douleur
Il ne veut pas finir
Il veut encore frémir
L'oiseau est douleur

Ses mains s'affolent
Et recherchent tes mains
Au-delà de demain
Ses mains s'affolent

L'oiseau a peur
Que l'enfant de ce temps
Ne soit plus que néant
L'oiseau a peur

Son corps gémit
A l'idée que le tien
Pour toujours reste au loin
Son corps gémit

Car l'oiseau aime
Et l'amour est folie
Et folie est jolie
Car l'oiseau aime

Son baiser souffle
Une ode aux amants
Une lumière chant
Son baiser souffle

L'oiseau est lèvres
Papillon de tes rêves
Chinoiseries en grève
L'oiseau est lèvres

Ses bras te portent
Et te serrent si fort
Tendrement mais si fort
Ses bras te portent

L'oiseau espère
Toujours
L’amour
L'oiseau espère

*


busard

Repost 0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 22:09
PC060396

Flap ... un lac, une barque, un coin tranquille !



L'île d'inspiration



Do ... au soleil du levant
Ré ... je marche face au vent
Mi ... l'écume sur les lèvres
Fa ... a le goût d'une fièvre
Sol ... l'onde qui se propage
La ... et comme un vieil adage
Si ... la nuit vague mes rêves
Do ... d'un manque qui m'achève

 




busard
Repost 0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 21:01


bird3.jpg


Flap ... Bonne et Heureuse Année de l'oiseau  !

Quelle soit selon vos voeux
Douce ou passionnée
Charmeuse et tendre
Violente et désirée
Riche en vécu réel ou netique



busard

Repost 0
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 21:52
Flap ... l'oiseau dépose !


J'ai écrit une lettre sur le travail de la fondation, où j'évoquais quelques problèmes. Et Warren Buffet recommandait que je le fasse avec franchise sur ce qui va ou ne va pas, et de le faire tous les ans. Je voulais attirer du monde sur ces problèmes, parce que je pense qu'il y a de grands problèmes qui ne sont pas résolus naturellement. Le marché n'amène ni les scientifiques, ni les communicateurs, les penseurs, ou les gouvernements à faire ce qu'il faut. ni les communicateurs, les penseurs, ou les gouvernements à faire ce qu'il faut. Et il faut être attentif à ces sujets, y amener des gens brillants qui y tiennent et qui attirent, pour progresser autant qu'il faudrait.

Aussi, ce matin, vais-je partager deux de ces problèmes et parler de leur état. Mais avant, je dois dire que je suis un optimiste. Quel que soit le problème, je pense qu'il peut être résolu. Et cela me vient en partie en regardant l'histoire. Au cours du dernier siècle, l'espérance de vie a plus que doublé. Une autre statistique est la mortalité infantile. En 1960, plus de 110 millions d'enfants sont nés dont 20 millions qui n'ont pas atteint cinq ans. Il y a cinq ans, 135 millions d'enfants sont nés – davantage, donc – dont moins de 10 millions n'ont pas atteint cinq ans. C'est une division par deux de la mortalité infantile. C'est phénoménal. Chacune de ces vies compte beaucoup.

Et ce n'est pas seulement grâce à un meilleur revenu, mais grâce à quelques avancées clés : des vaccins plus répandus. Par exemple, la rougeole a fait quatre millions de morts en 1990 et moins de 400,000 maintenant. Nous pouvons donc vraiment changer les choses. La prochaine avancée est de rediviser par 2 la mortalité infantile. Et je pense que c'est faisable en bien moins de 20 ans. Pourquoi ? Une poignée de maladies font la vaste majorité des décès : diarrhée, pneumonie et malaria.

D'où le premier problème que je veux soulever ce matin : Comment arrêter une maladie mortelle répandue par des moustiques ?

Quelle est son histoire ? Ce fut une maladie grave pendant des millénaires. En fait, à voir son code génétique, c'est la seule maladie connue contre laquelle les Africains ont évolué plusieurs fois. La mortalité dépassa cinq millions dans les années 30. C'était vraiment gigantesque. C'était répandu sur tout le globe. Une effroyable maladie. Aux États-Unis. En Europe. On en ignora la cause jusqu'au début du XXe siècle, lorsqu'un militaire britannique découvrit que c'était les moustiques. Elle était donc partout. Et deux outils ont aidé à baisser la mortalité : tuer les moustiques avec du DDT, et traiter les patients avec de la quinine. Et c'est ainsi que la mortalité a baissé.

Mais, ironiquement, ce qui s'est produit est qu'elle fût éliminée des zones tempérées, où sont les pays riches. En 1900, c'est général. 1945, toujours presque partout. 1970, les États-Unis et l'Europe s'en sont débarrassés. 1990, la majorité du Nord en est libérée. Et récemment, elle n'est qu'autour de l'équateur.

Cela débouche sur ce paradoxe : parce qu'elle ne touche que des pays pauvres, cette maladie rencontre peu d'investissements. Par exemple, davantage va aux remèdes anticalvitie qu'à la malaria. Évidemment, la calvitie, c'est terrible. (Rires) Et les riches sont touchés. C'est ainsi que cette priorité est mise.

Mais pour la malaria, même ses millions de morts par an en disent peu sur son impact. En permanence, plus de 200 millions de personnes en souffrent. Les économies de ces zones ne décollent pas parce qu'elles sont trop affectées. Eh bien, la malaria est transmise par les moustiques. J'en ai apporté ici, pour vous faire partager cette expérience. Laissons-les arpenter l'auditorium un peu. (Rires) Pas de raison que seuls les pauvres y aient droit. (Rires) (Applaudissements)

Ces moustiques ne sont pas infectés. Donc, nous apportons des moustiquaires pour lit. Ce sont de très bons outils. La mère et l'enfant sont sous la moustiquaire la nuit, hors de portée des moustiques qui piquent la nuit. Ajoutez le DDT et la mortalité baisse de 50 % au moins. Et c'est enfin arrivé dans certains pays. C'est merveilleux à voir.

Mais nous devons faire attention, car la malaria – le parasite – évolue, et les moustiques évoluent. Et chaque outil que nous avons eu risque de devenir inefficace. Donc on est face à un choix. Soit l'on applique dans un pays les bons outils de la bonne façon, vigoureusement, et on peut l'éradiquer à cet endroit. La carte de la malaria rétrécie. Soit vous y allez sans entrain, vous réduirez le poids de la maladie un temps, mais ces outils finiront par devenir inefficaces, et la mortalité redécollera alors. Or nous avons été attentifs au monde, puis inattentifs.

Maintenant, nous redevons attentifs. Le financement des moustiquaires augmente. On découvre de nouveaux médicaments. Notre fondation soutient un vaccin qui part en phase 3 d'essais cliniques, dans deux mois. Il devrait sauver plus de deux vies sur trois, s'il est efficace. Nous aurons ces nouveaux outils.

Mais cela ne donne pas un plan. Le plan pour éradiquer cette maladie demande beaucoup : des communicateurs pour pérenniser le financement, pour maintenir une bonne visibilité, pour raconter les succès ; pour maintenir une bonne visibilité, pour raconter les succès ; des sociologues, pour obtenir que les moustiquaires soient utilisées par 90 % des gens et pas juste 70 % ; des mathématiciens pour simuler tout cela, pour comprendre la bonne imbrication de ces outils ; l'expertise des fabricants de médicaments ; et la grande générosité des gouvernements des pays riches. Et comme ces éléments prennent forme, je suis plutôt optimiste et pense que nous pourrons éradiquer la malaria.

Permettez-moi d'aborder maintenant un second sujet, un point assez différent, mais que je dirais aussi important. Le voilà : comment rendre un professeur extra ? Cela ressemble à une question déjà bien approfondie, vraiment bien comprise. Mais la réponse c'est qu'en fait, eh bien non. Pourquoi est-ce important ? Eh bien tous ici, je le parierais, avons eu quelques profs extra. Nous avons tous eu une éducation merveilleuse. C'est en partie pourquoi nous sommes ici, une part de notre succès. Je peux le dire, bien que j'ai abandonné mes études supérieures : J'ai eu des professeurs extra.

En fait, aux États-Unis, le système éducatif a marché plutôt bien. Il y a des professeurs plutôt efficaces dans un petit nombre d'endroits. Du coup, 20 % des étudiants ont une bonne éducation. Et ces 20 % ont été les meilleurs du monde, si vous les comparez aux autres meilleurs 20 %. Ils ont créé des révolutions en logiciel et en biotechnologie et ont maintenu les États-Unis à la pointe.

Maintenant, l'avantage qu'avaient ces 20 % sur les autres 20 % commence à s'effriter, mais l'éducation qu'ont les autres est plus inquiétante. Non seulement elle est faible ; mais elle s'affaiblit davantage. Or l'économie actuelle ne fournit leur chance qu'à ceux ayant une meilleure éducation. Nous devons changer cela. Nous devons le changer pour rendre les chances égales. Nous devons le changer pour que le pays soit fort et reste à la pointe de ce qui nécessite une éducation avancée, comme les sciences et les mathématiques.

Lorsque j'ai vu les chiffres des États-Unis, j'étais abasourdi de voir combien la situation était déplorable. Plus de 30 % des enfants ne finissent jamais le lycée. Et pendant longtemps, cela a été occulté parce qu'ils calculaient le taux d'abandon uniquement sur la terminale. Ils ne suivaient pas les enfants avant. Mais la plupart des abandons ont lieu avant. Ils ont dû remonter le taux d'abandon annoncé dès que ce suivi fut fait à plus de 30 %. Pour les enfants issus de minorités, c'est plus de 50 %. Même avec votre diplôme du lycée, si votre revenu est faible, pour un diplôme supérieur, c'est moins de 25 % de chance. Si vous avez un faible revenu aux États-Unis, les chances sont plus grandes d’atterrir en prison que d'obtenir une maitrise. Et cela ne semble pas totalement juste.

Alors, comment améliorer l'éducation ?

Notre fondation, depuis neuf ans, y a investi. Nous avons travaillé sur de petites écoles, financé des bourses, nous avons travaillé avec des bibliothèques. Avec souvent des effets positifs. Mais en approfondissant, on voit qu'avoir de bons professeurs est le point décisif. Nous avons travaillé avec ceux qui étudient combien cela varie d'un professeur à l'autre, disons entre le quart du haut – les tout meilleurs – et le quart du bas. De combien cela varie dans une école, ou entre écoles ? Et la réponse est que ces variations sont incroyables. Un professeur du quart haut augmente le niveau de sa classe – d'après les tests – de plus de 10 % en un an. Quelle conséquence ? Si les États-Unis, pendant deux ans, n'avaient que des professeurs du quart haut, toute la différence avec l'Asie serait comblée. En quatre ans, nous battrions tout le monde à plate couture.

Alors, c'est simple. Ce qu'il faut, c'est ce quart haut. On pourrait dire « nous devrions les récompenser. Nous devrions les retenir, découvrir ce qu'ils font et transférer cette compétence à d'autres. » Mais ça ne se fait pas aujourd'hui.

Qu'est-ce qui caractérise ce quart haut ? À quoi ressemblent-ils ? On pourrait penser qu'ils sont très expérimentés. Et la réponse est que non. Après avoir enseigné trois ans, la qualité de l'enseignement ne change plus. La variation est très, très faible. On pourrait croire qu'ils ont une Maîtrise. Qu'ils ont été jusqu'à la Maîtrise d'éducation. Ce graphique montre quatre facteurs et leur influence sur la qualité d'enseignement. La ligne du bas, sans effet, est une Maîtrise.

Dans le système de rémunération, deux choses sont récompensées. L'ancienneté : votre paye augmente, vous préparez votre retraite. Et l'on paye plus ceux qui ont leur maîtrise or c'est sans rapport avec être un meilleur prof. Programme « Teach for America » : léger effet. Pour un professeur de maths diplômé en maths, l'effet est mesurable, mais c'est de loin la performance passée qui joue le plus. Certains y excellent. Et nous n'avons presque rien fait pour l’étudier Et nous n'avons presque rien fait pour l’étudier et pour en bénéficier en la dupliquant, pour améliorer l'aptitude moyenne et pour en bénéficier en la dupliquant, pour améliorer l'aptitude moyenne ou pour encourager ceux qui l'ont à rester.

On peut demander « les bons restent-ils et les mauvais partent-ils ? », en moyenne, ceux un peu meilleurs partent. Et ça tourne beaucoup.

Et il y a peu d'endroits – très peu – qui forment des profs extra. Un bon exemple est un groupe d'écoles agréées appelé KIPP. KIPP signifie « l'information est le pouvoir ». C’est une chose incroyable. Ils ont 66 écoles – des collèges, quelques lycées – et il s'y pratique un enseignement extra. Ils prennent les enfants les plus pauvres, et plus de 96 % de leurs lycéens partent en Maîtrise. Et l'esprit et l'attitude dans ces écoles sont différents des autres écoles privées. Ils enseignent en groupe, ils améliorent leurs professeurs. Ils prennent des données, les résultats, et disent au professeur : « Eh, vous avez remonté le niveau de tant. » Ils sont profondément engagés dans l'amélioration de l'enseignement.

Lorsqu'on va dans une classe, c'est très bizarre au début. Je me demandais « qu’est-ce qui se passe ? » Le professeur courait, le niveau d'énergie était élevé. J’ai pensé : « ça doit être une réunion sportive. Qu’est-ce qui se passe ? » Et le professeur parcourait la classe, cherchant un inattentif, un ennuyé, en allant les voir rapidement, en amenant les choses au tableau. C’était un environnement très dynamique, parce que de 10 à 13 ans, il est important de maintenir l'attention et une ambiance où tous doivent être attentifs, où personne ne se moque, personne ne veut être ailleurs. Tout le monde doit être intéressé. Et c'est ce que fait KIPP.

À quoi ça ressemble, comparé à une école normale ? Dans une école normale, on ne dit pas aux professeurs combien ils sont bons. Cette information n'est pas recueillie. Le contrat du professeur limite le nombre de visites du chef d'établissement dans la classe – parfois à une visite annuelle. À condition d'avertir à l'avance. Imaginez une usine avec tous ses ouvriers, certains faisant un peu n'importe quoi Imaginez une usine avec tous ses ouvriers, certains faisant un peu n'importe quoi et qu'on dise à l’encadrement : « Eh, vous ne pouvez venir qu'une fois par an, mais vous devrez nous prévenir : si l’on triche, il faudra qu'on le cache. »

Même un professeur qui veut s'améliorer n'a pas les outils. Il n'a pas les résultats, il y a une tendance à en bloquer l'accès. Par exemple, New York a voté une loi interdisant que les informations sur l'amélioration des professeurs soient utilisées dans la décision de titulariser les professeurs. Et c'est un peu aller dans la direction inverse. Mais je suis optimiste, je pense qu'il y a des choses claires que l'on peut faire.

Tout d'abord, bien d'autres essais ont lieu, et ils nous ont montré l'état des lieux. Cela permet de comprendre qui s’y prend bien, et de voir avec eux les techniques qu'ils utilisent. Bien sûr, la vidéo numérique est abordable. Mettre quelques caméras dans une classe en précisant que les choses sont enregistrées est réalisable dans toute école privée. Régulièrement, les professeurs pourraient s'asseoir et dire : « Voici une chose que je pense avoir bien fait, et là ce que je pense avoir raté. Conseillez-moi : comment aurais-je dû réagir ? » Ils pourraient tous ensemble s'attaquer à ces problèmes. Vous pourriez prendre les meilleurs professeurs et annoter, faire en sorte qu'on voit qui excelle à enseigner ces choses.

Vous pouvez distribuer ces cours extra pour qu'un enfant puisse voir et apprendre un cours de physique. Si un enfant a du retard, vous pouvez le lui faire voir et revoir le concept. Si un enfant a du retard, vous pouvez le lui faire voir et revoir le concept. Ces cours gratuits pourraient être mis sur Internet, on pourrait aussi en rendre des DVD toujours disponibles, pour qu'un lecteur DVD vous amène les tout meilleurs professeurs. Et en voyant cela comme un système personnel, nous pouvons le faire bien mieux. Et en voyant cela comme un système personnel, nous pouvons le faire bien mieux.

Il y a un livre, à propos de KIPP – là où cela a lieu – que Jay Matthews a écrit – intitulé « Travaillez dur, soyez sympas ». Et je l'ai trouvé formidable. Ça donne une idée de ce que fait un prof extra. Je vais en envoyer un exemplaire à vous tous ici. (Applaudissements)

Nous investissons beaucoup dans l'éducation, je pense vraiment que l'éducation est ce qui est le plus important à réussir pour que le pays ait le futur fort qu'il devrait avoir. En fait, dans la loi d'investissement anticrise, l’assemblée prévoyait ces systèmes de données, supprimés au Sénat l’assemblée prévoyait ces systèmes de données, supprimés au Sénat parce qu'il y a des gens menacés par cela.

Mais je suis optimiste. Je pense que les gens commencent à reconnaître l'importance de tout cela, et ça peut vraiment changer des millions de vies, si l'on s'y prend bien. Je n'ai eu que le temps de vous présenter ces deux problèmes. Il y a bien plus de problèmes de ce genre – le sida, la pneumonie – je sens votre exaltation rien qu'à leur nom. Et les compétences requises pour les régler sont très variées. Vous savez, le système ne résout pas cela naturellement. Les gouvernements n'abordent pas naturellement les choses du bon côté. Le secteur privé n'y met pas naturellement ses ressources.

Alors, il y faudra des gens brillants comme vous pour étudier ces questions, y amener d'autres personnes, et vous aiderez alors à trouver des solutions. Ainsi, je pense que de grandes choses en sortiront.

Merci. (Applaudissements)

Repost 0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 21:13

 

 

Je ne suis que Pensée
Rien que mots qui s'envolent
Au delà des nuées
Donnés comme une obole

Et mon coeur assoiffé
D'un Amour éphémère
Reste des orients et
D'une saveur amère

La tristesse qui broie
Mon âme délétère
Quand le soleil se noie
D'un rouge caractère

La lumière qui fuit
Me désole et m'enrage
Me laisse dans la nuit
A écouter l'orage

Langueur qui m'envahit
Pensée sombre et pénible
Battant au ralenti
Altérité au crible

L'oiseau qui vole au loin
Et tant chargé de chaînes
Q
u'il s'écrase en chemin
Parmi la chose humaine



 

busard



Repost 0