Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 18:47

 

La fleur comme avenir

Penchée sur le passé

A dans mon souvenir

Des reflets de péché

 

Le sang de ses pétales

Admoneste mes sens

Perdus dans un dédale

D'effluves et d'essences

 

La terre sous les pieds

Brûlée par le soleil

Réchauffe ma pensée

De douceurs et de miel

 

Le rêve qui s’écoule

Transcende mon esprit

Au milieu de la foule

D’émois qu’on s’interdit

 

Et dans le chant céleste

De l’oiseau au grand cœur

Les mots ne sont modestes

Qu’au travers des lueurs

 

Ils brillent de l’éclat

De ces pierres de lune

Gravées par un prélat

De signes et de runes

 

La fleur comme passé

Embrase de douleurs

Des milliers de baisers

De larmes et de pleurs




busard
Repost 0
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 16:10


« La poésie est peut-être le mode de connaissance suprême qui est offert à l’individu, et elle se met difficilement du côté de la raison … programmée, elle cesserait d’être la poésie. La poésie, celle qui est la vision, est non réductible à des algorithmes mathématiques et ne peut pas fonctionner avec la théorie des jeux … un art qui ne s’adresse pas à l’autre a manqué sa fonction. Il y a toujours quelque chose de divin dans le poète. »

 


Voici quelques extraits d’un article de Jean-Didier VINCENT membre de l’institut et du comité d’éthique des sciences du CNRS, également professeur à l’institut universitaire de France, membre de la Fondation pour l’innovation politique et auteur de « Voyage extraordinaire au centre du cerveau » aux éditions Odile Jacob

Repost 0
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 11:47

To want 
By love
For always 
To relieve 
Sorrows and pains

To know 
Your sorrows 
Your things 
To understand 
How beats your heart

 To be able 
Without wounding 
Without stopping 
To cherish 
Your hands with soft nesses

To drive 
In the moment 
Now 
Your naked body
Gilded by splendor


busard 

Repost 0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 15:33




Repost 0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 10:43

Vénus et Jupiter à l'aube, si proches et pourtant si éloigné

 

 

Je cherche ton regard, je ne vois que tes yeux

Ils brillent de ce fard aux couleurs de l’aurore

Et sèment un désespoir plus brûlant que le feu

A mon âme étourdie de sens qui la dévorent

 

Tes silences sont mots d’une langue inconnue

Mais je m’accroche à eux et je glisse à l’étrave

D’une coque affamée de flammes éperdues

De sentiments si forts qu’ils me choquent et me bravent

 

Et je me vois tomber de la tour bicéphale

Où je me tiens debout fier du moi que je suis

Les vents que tu m’envoies m’atteignent en rafale

Mes certitudes ploient de doutes enfouis

 

Alors je sens ta peur qui suinte morbide

De larmes refoulées concentrées à l’envie

De posséder le rêve échevelé des ides

De saisir dans tes mains le sable de ma vie

 

L’inquiétude me prend, je me sens responsable

Qu’ai-je fait qui te nuit sinon que d’exister

Conséquences formelles des actes ineffables

Que demain tu pourrais de l’enfer réveiller

 

Te parler sans arrêt reste ma seule planche

Je me conte effeuillant des pans d’intimité

Avocat de moi même par des effets de manche

Je démasque à ton cœur l’odieuse vérité

 

Peu à peu tu saisis que la fosse est profonde

Que l’espoir est divin mais peu réalité

Tes doigts jettent à ma peau le pont entre nos mondes

Qui sans arrêt s’efface à peine dessiner

 

Les mots se sont perdus à l’océan des phrases

Et la somme menteuse en reste divisée

Un plus un n’est pas deux et s’éloigne l’extase

D’un Amour pour toujours non réciprocité

 

busard

Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 09:33
Pierre Lyre - mégalithe du sénégal

Flap ... note en contrepoint

J'ai répondu il y a quelques jours à une enquête concernant l'égalité entre les hommes et les femmes et je l'ai fait sincèrement comme à mon habitude. Au fil de mes réponses, je me suis aperçu que les questions étaient en fait orientées. Cela m'a mis sourdement en colère.

Je comprend parfaitement la problématique d'un principe d'égalité entre les hommes et les femmes. Culturellement, la majorité des sociétés ont de tout temps favorisé les premiers, un juste rééquilibrage est non seulement nécessaire mais indispensable. Pourtant je ne parviens pas à admettre la dérive anglo-saxonne de la guerre des sexes.

Hommes et femmes sont foncièrement différents et le sexe n'est qu'un tout petit élément de cette différence. En fait, plutôt que de parler de différence, je parlerais plutôt de complémentarité. A l'image de cette Pierre Lyre du sénégal (photo ci-dessus), ils n'ont qu'une et même base et sont comme les branches d'un arbre. Alors pourquoi vouloir absolument les opposer ?

Dans le monde de l'entreprise, l'argument le plus souvent mis en avant est la différence de salaire. A travail égal, salaire égal nous dit-on ! On met en avant la responsabilité sociétale des entreprises oubliant un peu vite qu'elles n'en ont pas vraiment la vocation.

Le traitement médiatique vient de plus polluer les débats car il ne met en exergue que des données tronquées, sans réelles significations, sans expliquer leurs origines et surtout sans en expliquer les raisons. Mettre le feu aux mots est le principe, qu'importe les conséquences.     
  
Dans ce brouhaha, quelle ligne de conduite garder ?

Le Respect !
Les respect des différences.
Le respect des individus, êtres pensants de chair et de sang.
Au delà du sexe, des origines, des pratiques, respectons nous.
Prenons nos responsabilités d'êtres humains, tous, dénonçons et luttons contre les pratiques infames.

Je pense tout particulèrement à Salma, cette jeune femme du Kurdistan, lapidée, pour avoir refusé de se marrier avec son petit ami, qui a alors communiqué à sa famille l'ensemble de leurs communications qu'il avait enregistré. On appele cela "un crime d'honneur" moi je dirais plutôt "un crime d'horreur".
  

busard
Repost 0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 08:48



 

 

Je ne regrette rien pas un mot, pas un geste

De ces années passées à te vivre d’amour

De ces rires et ces pleurs au destin si funeste

J’en assume les formes ainsi que les contours

 

Elles ont creusé en moi de profondes blessures

Et des joies si intenses à nulles autres pareilles

De pleurs rentrés, de vilaines blessures

De sentiments profonds ainsi que des merveilles

 

Je ne regrette rien de ce temps qui s’efface

Inscrit en lettres d’or aux dunes fugitives

Empli de ces moments si fols et si fugaces

Qu’il me laisse le goût de l’encre primitive

 

Il m’a marqué si fort d’un sceau indélébile

Que les chaînes à côté ne sont que des fétus

Emportés par le souffle d’un gamin malhabile

Au cours de ce ruisseau intangible et têtu

 

Je ne regrette rien mais je pense quand même

Que la vie est injuste de laisser s’en aller

Ces petits riens au panier des « je t’aime »

L’éclat de ton sourire et mes tendres pensées



busard

Repost 0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 09:52
Cathédrale d'Oran

Il y a actuellement entre 20 et 30 000 chrétiens en Algérie et ceux-ci sont persécutés par le gouvernement. Quelques exemples :

* une jeune femme condamnée pour avoir eu dans son sac plusieurs bibles

* un groupe de jeunes gens condamnés pour exercice non autorisé de pratiques religieuses (prières dans un appartement)

A l'heure où la France s'ouvre à l'Islam, l'Algérie se ferme de plus en plus.

La question de la réciprocité se pose donc !

Pourtant des pays comme le Sénégal, où mosquées et églises cohabitent pacifiquement, montrent l'exemple à suivre. 


busardement
 
Repost 0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 19:25
Flap ... l'oiseau se pose à nouveau et dépose ...



Les transports en commun sénégalais ont plus d'une singularité. Ces minibus indestructibles de plus de 20 ans d'âge et au kilométrage illimité sont les piliers du déplacement des foules. Il faut les voir, débordants d'une quarantaine de personnes qui s'entassent complaisamment, parmi lesquels il faut compter, le conducteur, le chef de bus et deux à trois assistants, rouler à tombeau ouvert dans les embouteillages et la cohue routière ambiante. Fumants, pétaradants, ils sont aisément reconnaissables grâce à leurs couleurs et aux dessins caractéristiques qui composent leur décoration.    




A noter ici, l’apparition sur la porte arrière de notre vedette internationale … Madonna, agissant telle une divinité comme un gris gris protecteur.  


busardement 
  

Repost 0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 09:07
Flap ... encore une fois l'oiseau se pose et dépose sur le Sénégal, les yeux emplis de rêves.


S'il est un arbre représentatif d'un pays, c'est bien sa majesté le Baobab. Vainqueur d'une lutte impitoyable contre le soleil, il nous donne une image de solidité qui force le respect. Pour les sénégalais, il représente à la fois l'espoir et la tradition. Il est l'âme du pays.

Baobab aux feuilles si petites et aux branches multiples, tu prends racine dans le chant des griots qui te nourissent. Ton pain âpre à la saveur du miel sous le soleil brûlant. Ton écorce tisse les cordes solides qui unissent les sénégalais quelque-soit leur origine, Peuls, Toucouleurs, Wolofs, Sérères, Diolas et j'en passe. 

Baobab, à toi seul, tu es une forêt.
 
Repost 0