Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 18:36

Flap ... pour la rencontre de deux grands artistes !



Edward Weston - 1934 


Cuerpo de mujer, blancas colinas, muslos blancos,
Te pareces al mundo en tu actitud de entrega.
Mi cuerpo de labriego salvaje te socava
Y hace saltar el hijo del fondo de la tierra.
Eres toda de espumas delgadas y ligeras
Y te cruzan los besos y te riegan los días.
Fogonazo de luces, paloma de gredas rubias,
Líbrame de esta noche que acosa y aniquila.
Pequeña rosa, rosa pequeña,
A veces, diminuta y desnuda,
Parece que en una mano mía cabes
De tus caderas a tus pies
Quiero hacer un largo viaje.
En ese territorio,
De tus pies a tu frente,
Andando, andando, andando,
Me pasaré la vida.
Yo soy el que te espera en la estrellada noche,
Sobre las playas áureas, sobre las rubias eras.
Yo te encontré después de la tormenta,
La lluvia lavó el aire
Y en el agua
Tus dulces pies brillaron como peces.
Abandonado como los muelles en el alba.
Sólo la sombra trémula se retuerce en mis manos.
 

Pablo NERUDA

Repost 0
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 16:16
r--chauffement-climatique.jpg

Flap ... 

et oui enfin voici la preuve tant attendue du réchauffement de la planète !!!! 


Repost 0
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 16:47
Flap .. et si on rêvait un peu !!!


Les hymnes ont retenti ... les Blacks font face aux Bleus qui se regroupent. Le haka commence ...

kamate kamate kaora kaora teneite tan gata puhuru huru nana e tiki atu whaka whiti tera ahu pane ahu pane kau pane whiti tera hei !!!!

... un peu avant la fin les bleus commencent à gronder sourdement et juste une seconde après la fin du haka lancent d'une voix tonitruante ...

SPARTIATES !!!!!!!!!!!!!!

en voilà une idée non ?


busardement

: o )))




Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 14:00

Mahmoud Darwich
– 

Dans notre vie contemporaine, le sens se meurt et disparaît, c’est pourquoi la poésie cherche à opposer son propos non-sens au non-sens extérieur. 

J’ai aujourd’hui plus tendance qu’auparavant à proclamer notre droit à l’absurde et au ludique. 

C’est peut-être la réponse esthétique la plus adéquate au désordre ambiant, bien plus que la recherche du non-sens. 

Donner à la vie un sens absurde est une option philosophique, être nihiliste est un choix qu’on peut respecter ou non, mais là n’est pas la question. 

Le sens est-il possible ? 

La poésie doit faire comme si cette possibilité existait réellement. 

L’être humain doit y croire, sinon nous sombrons dans un nihilisme absolu. 

S’il pense que le sens est impossible, cela signifie la mort de la volonté, l’anéantissement physique et peut-être métaphysique.



Flap ... voilà qui donne à réfléchir ... n'est-ce pas ? 

busardement
Repost 0
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 17:49

soleil-Namibie.jpg

 

 

 

L’âme qui se nourrit au déploiement des sens
Fragile, éphémère, au firmament des rêves
Est la feuille d’automne emportée par le vent

Aux tourbillons futiles qu’un sentiment achève.

L’âme au fil tenu portée à l’utopie

Glisse aux profondeurs de sa mémoire folle

Rejetant la vigueur des pieuses calomnies

Aux secrets bien gardés des mensonges d’idole

 

L’âme est feu sacré, brillante des saveurs

Des vies qui la composent en partition autiste

Juchée sur une stèle répandant sa chaleur

A l’orée de ces corps parfumés et simplistes

 

L’âme est grande Dame, mystérieuse et lascive

L’amie sincère et franche au détour de vos cœurs

A la haine, aux tourments on la conçoit rétive

Au ciel vont ses penchants bercés par la douceur

 

L’âme, femme se fane si l’Amour insolent

Rit de désirs trahis voguant en fiers esquifs

Aux confins des plaisirs qui poussent les amants

A rejeter sur l’onde l’ego si jouissif

 

L’âme se vend parfois à celui hypocrite

Qui juge de son poids, plume au vent emportée

Blessure à l’infinie pour celui qui la quitte

A des larmes glaciales tranchantes et indomptées


busard

Repost 0
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 17:57
d--sert.jpg


Les mots s’ajoutent aux mots
Et colorent les sons 

De couleurs arc en ciel

Ils captent la lumière
De
s sentiments confus
Et en extrait le miel

Fragrance si tenace 
Aux lourdeurs des arômes
Amertume du fiel

Ils caressent d’effluves
Sensuelles émotives
Qui n’ont rien de réel

Les mots s’ajoutent aux mots
Pressant ma main timide
S
ur ton sein Zézabel

Ils glissent à ta peau
Laissant la marque vive
D’un délicieux cocktail

A la sueur qui perle
Ton ventre si avide
Me lance un appel

Un cri qui me rend ivre
Mais pâle et livide 
Au sifflement mortel

Les mots s’ajoutent aux mots
En pomme de discorde
Cri perçant décibel

Ils chantent un hommage
Aux pleurs et à la rage
Des vaillants immortels

Et s’ouvrent les abysses
D’un profond précipice
 la saveur du sel

Enfin les mots débordent
Et se transforment en fleuve
Puissant et si charnel


busard
24/09/2007
Repost 0
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 18:46
Flap ... pour une petite réaction épidermique, genre rejet quant au traitement de l'information tel qu'il nous est imposé !

Le premier principe ... faire du tirage

Qu'importe le sujet pour faire du tirage, il faut faire feu de tout bois. Ne dire que ce qui est polémique, enflammer l'opinion quite à ne lui faire faire entrevoir que l'aspect biaisé des choses. Les faits n'ont pas d'importance. Les experts et spécialistes recherchés sont ceux qui s'autoproclament en tant que tels et ont la plus grande capacité à attirer l'attention de l'auditoire. Le sensationnel, il n'y a que çà de vrai.

Le deuxième principe ... faire du tirage

A la radio, à la télé, dans les journaux, il ya des sujets à la mode et des sujets qui ne le sont pas. Parler de Sarkosy c'est 'in', parler du déclin du socialisme c'est "in", la coupe du monde de Rugby c'est aussi "in", faire peur avec le réchauffement climatique l'est tout autant, angoisser les gens avec les catastrophes naturelles, la grippe aviaire, la vache folle, les pesticides, tout cela c'est "in". Parler des vrais problèmes c'est "out", des joies et des bonheur de la population c'est "out". Parler d'humanité, de principes et de valeurs c'est "out".  

Le troisième principe ... faire du tirage

Même les plus sincères sont pris au piège. J'en prend pour exemple Monsieur Jean-Jacques Bourdin sur RMC qui sous prétexte de transparence ne maintenant s'empêcher de se positionner. Mais il n'est pas le seul. Le tsunami devient un effet du réchauffement climatique, Bernard Kouchner un vat en guerre, et on raconte tout et n'importe quoi l'important étant toujours de faire ... du tirage. On retire certains mots d'une phrase et l'on fait dire n'importe quoi à n'importe qui. La corporation tout entière reprend alors en coeur le message ... qu'importe la personne que l'on blesse, elle a bien un droit de réponse !!!  

Voilà ... un petit flap de grrrrrrrrrrr


busardement
Repost 0
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 08:46

 

 hurfang.jpg

 

 

Je tourne, je tourne en rond dans ce ciel sans nuage

Prenant le vent, glissant, glissant toujours

Suspendu dans les airs telle une belle image

Les plumes lisses et vibrantes de ce désir d'amour

 

Je cherche, je cherche et de mes yeux persans

Voit la foule qui s'agite colline de l'Anfa

Eblouis de lumières et de cris transperçant

Tu es là, je le sais, mais où, je ne sais pas

 

Je pique, je pique afin de m'approcher

Grisé par la vitesse, je fonce comme un fou,

Idéal de puissance d'un Simrog accroché

A l'idée que toi, moi, un jour peut être nous

 

Je plane, je plane, dans des mots incertains

Risquant de perdre âme, cœur et toi, je le sais,

L'oiseau de feu qui plane ne pense à demain

Il s'incline et se pâme devant toi qui lui plait 



busard

Repost 0
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 09:01
Image-dans-Document1-copie-1.jpg
Flap ... pour un petit moment de détente avant le week-end ... une tite photo de chez Harrods le temple du shopping à Londres où l'on rencontre plus de français que de londonnien ...et un tit texte amusant qui essaye de définir ce qu'est Mars par rapport à Venus ... mdrrr :o )))



Si tu penses être grosse, c'est probablement vrai. Ne me pose pas la question, je refuserai d'y répondre.

 
Si tu veux quelque chose, il suffit de le demander. Mettons les choses au point : nous sommes simples.

Nous ne comprenons pas les demandes indirectes subtiles. Les demandes indirectes directes ne fonctionnent pas.  Les demandes indirectes évidentes ne fonctionnent pas non plus. Dis les choses comme elles sont.

 
Si tu poses une question a laquelle tu n'attends pas de réponse, ne sois pas surprise d'entendre une réponse que tu ne voulais pas entendre.

 
Nous sommes SIMPLES. Si je te demande de me passer le pain, je ne veux dire que cela. Je ne suis pas en train de te reprocher qu'il ne soit pas sur la table. Il n'y a pas de sous-entendus ni de reproches, nous sommes vraiment SIMPLES.

 
Nous sommes SIMPLES. Ca ne sert à rien de me demander à quoi je pense, 96,5% du temps c'est au sexe. Et non, nous ne sommes pas des obsédés, c'est simplement ce qui nous plaît le plus, malheureusement, nous sommes SIMPLES.

 
Parfois je ne pense pas a toi. Ce n'est pas grave. S'il te plaît habitues toi a cela. Ne me demandes pas a quoi je pense, a moins que tu ne sois prête a parler de choses comme la politique, l'économie, le football ou les voitures de sport.

 
Dimanche = grosse bouffe = copains = Football devant la télé. C'est comme la pleine lune ou la marée, c'est inévitable.

F
aire du shopping n'est pas sport !

Quand nous devons aller quelque part, quel que soit le vêtement que tu mettes, il t'ira parfaitement. Je te le jure.

 
Tu as suffisamment de vêtement. Tu as trop de paires de chaussures Pleurer, c'est du chantage.

 
La plupart des hommes ont trois paires de chaussures. J'insiste, nous sommes simples. Qu'est-ce qui peut bien te faire croire que je peux te servir à décider laquelle de tes trente paires te va le mieux ?

 
Les réponses simples comme OUI ou NON sont parfaitement acceptables quelle que soit la question.

Si tu as un problème, ne viens me voir que si tu espères de l'aide pour le résoudre. Ne me demandes pas de te plaindre comme si j'étais une de tes copines.

Un mal de tête qui dure 17 mois n'est pas un mal de tête. Va voir un médecin.

 
Si je te dis quelque chose qui peut s'interpréter de deux façons différentes et que l'une d'entre elle te rendrait triste ou inquiète, mon intention est de dire l'autre.

TOUS les hommes ne voient que 16 couleurs. La prune est un fruit, pas une couleur.
Qu'est-ce que c'est que cette saleté de couleur fuschia ? Et pire, comment s'écrit cette cochonnerie ?

 
La bière nous plaît autant qu'a vous les sacs à main.

 
Si je te demande ce qui ne va pas et que tu me dis " rien ", je te croirai et je ferai comme si tout allait bien.

 
Ne me demande pas " tu m'aimes ? " Sois sure que si je ne t'aimais pas, je ne serais pas avec toi.

La règle de base, avant toute hésitation à notre égard : va au plus simple.


N
OUS SOMMES VRAIMENT SIMPLES !!! 

*

Flap ... :o )
Repost 0
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 11:11

soleil-afrique-1-copie-1.jpg 

 

Le silence est un cri

Un cri d'oiseau joli

Touché mortellement

Comme l'est un amant

 

Qui exprime sa peine

Ou bien toute sa haine

Echo d'un bel amour

Reflet du mot toujours

 

Toujours qui s'est perdu

Bien au delà des nues

Toujours qu'existe plus

Comme un glaçon fondu

 

Qui se répand en larmes

Aveu qui nous alarme

De toute la faiblesse

Qu'on a pour la Déesse

 

Inscrite dans le coeur

Gravé au mot bonheur

Transformé à cette heure

En sentiment de peur

 

Le silence est un chant

De doutes et de néant

Mélodie synthétique

Aux couleurs lunatiques

 

Partitions échangées

De doutes et inquiet

Le silence me prend

Et brise mon allant

 

Amie sonne la cloche

Ainsi assez fantoche

D'un fondeur inconnu

Aux sonnets bienvenues

 

Le silence est abîme

Où l’on tombe en mime

D'émois gesticulants

Au fond d’un puit béant

 


busard

Repost 0