Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 09:02

 

 

 

 

Vole ..... vole ..... vole .....

 

 

 

Vole ..... vole ..... vole .....

 

 

 

Vole ..... vole ..... vole .....

 

 

 

Vole ..... vole ..... vole .....

 

 

 

Vole ..... vole ..... vole .....

 

 

 

Vole ..... vole ..... vole .....

 

 

 

Vole ..... vole ..... vole .....

 

 

 

 

busard

 

 De mots en mots

 Ephémère est le coquelicot

L'instant ne garde que le beau

 Au rythme des couleurs

 Arc en mer de larmes fleurs

Aux battements d'un coeur

 Ce chant qui est pour toi

 Accords plaqués d'émois

Mélodie d'un oiseau sans voix

 L'utopie qui me guide

 Attendant son heure de chrysalide

Dans ce ciel qui n'est pas vide

 Au loin l'oiselle belle

 Et dont les mots ont goût de miel

Que l'on prénomme l'Hirond_Elle

 Les sentiments d'un coeur troublé

 Communion de leurs âmes assoiffées

Vers l'être qui est tant désiré

 L'oiseau vole vite et sans arrêt

 L'oiseau vole au lieu de marcher 

L'oiseau vole sans arrière pensée

 

Repost 0
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 10:34

 

La lame file sifflant les serpents  

En une danse étrangement lucide  

Virevolte et s’infiltre aux fontaines de sang   

Guidée par une main acide  
 

Elle donne la mort et elle prend la vie   

Fiévreuse d’une rage avide  
Et le froid de l’acier s’insinue à l’envie   

Des larmes aux couleurs humides

Sonnant de déception de ne pouvoir tuer  
 

Etincelles bleuies de frustrations entières   

Eclat mat et vibrant de violence indomptée
La lame est possédée par l’honneur du guerrier

Qui la brandit bien haut aux idées vertueuses 

De la foi, de la loi, du bon droit coutumier 

Au respect de la règle dictée incestueuse 

Mais la lame est perdue au delà de son âme

Quand elle ne sert plus qu’au travers d’une balle
 

Qui déchire cet air sec détonnant de la flamme 

A ce cœur éclaté du rythme qui s’emballe
La balle silencieuse fusionne la chair
 

De ce doigt qui appuie, appuie, appuie
Anonyme et discrète frappant en un éclair
Terreur de cet ennui, ennui, ennui.
La lame choque la lame amère

 

busard

 

 

 

 

 

Repost 0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 19:14
Ceci est la grotte des cristaux géants, découverte dans la mine de Naica, Chihuahua, Mexique.
Ce sont des cristaux de Sélénite (Gypse) et sont les plus grands cristaux jamais découverts.
A 300 mètres de profondeur, au milieu d’une gangue de roche calcaire où l’on extrayait du plomb, zinc et argent. Ces cristaux ont été formés par des fluides hydrothermaux émanant de chambres magmatiques en contrebas.
Les mineurs ont dû forer à travers la faille de Naica, en craignant d’inonder la mine, et voilà ce qu’ils ont découvert.
La mine contient également la « Grotte aux Epées », montrant une autre série de cristaux géants de gypse.
Curio.
------------------------------------------------------
This is the crystal cave of giants found in the Naica Mine, ChihuahuaMexico.
These are Selenite crystals (gypsum) and are the largest crystals ever discovered.  
They are 1000 feet down in a limestone host rock where they are mining for lead, zinc and silver. These crystals were formed by hydrothermal fluids emanating from the magma chambers below.
The miners had to drill through the Naica fault, which they were worried would flood the mine, and this is what they discovered.
This mine also contains the Cave of Swords, another collection of large gypsum crystals.
Curio.
Repost 0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 10:46

 

 

 

 

Et me voilà à nouveau soulevé par la vague

 

 

Rugissante et troublante d'écumes salées

 

 

Si chargée de puissance et d'énergie cachée

 

 

 

 

 

Et me voilà à nouveau emporté par la vague

 

 

Surfant l'utopie bien au dessus des rêves

 

 

Au soleil descendant de ce jour qui s'achève

 

 

 

 

 

Et me voilà à nouveau transporté par la vague

 

 

Dans un grand firmament aux astres inconnues

 

 

Où les mots sont des champs d'âmes mises à nue

 

 

 

 

Et me voilà à nouveau rejeté par la vague

 

 

Au granit du réel écho de vérité

 

 

Broyé en un instant par la futilité

 

 

 

 

Et me voilà à nouveau sublimé par la vague

 

 

Dans des bras grands ouverts aux ailes liberté

 

 

Murmure de l'étoile à mes yeux indiscrets

 

 

busard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 08:53

 

 

 

 

 

 

Le monde merveilleux de Neila ...   http://www.neila-benayed.ca/

 

 

 

 

 

 

Frontera

Límite liso

Mis pasos se chocan

A la linea trazado

*

El reloj

Suena esta hora

Tiempo ridículo

De una aguja borrada

*

La puerta

Se cierra sobre ti

En una imagen turbia

De alteridad

   

 

 

 

*

busard

 

 

Repost 0
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 19:32

Flap ... où le guerrier n'apparaît pas si lumineux !

*

Heureux celui qui doute ... il aura peur

Heureux celui qui ne doute pas ... il se prendra le mur de plein fouet

Heureux celui à qui la vie a tout donné ... elle le lui reprendra

Heureux celui à qui la vie n'a rien donné ... il n'aura pas plus

Heureux celui qui aime ... il sera trahi

Heureux celui qui hait ... il sera honni

Heureux le sage ... il sera critiqué

Heureux le pauvre d'esprit ... il sera moqué

Heureux le guerrier fort ... il sera sacrifié

Heureux le lâche ... il sera dénoncé 

*

busardement et de fort méchante humeur

Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 10:03

La vague dont l'écume aux odeurs d'algues bleues

Mêle à nos sentiments des embruns délicieux

Et parcourt le ressac sinueux de nos rêves

Antienne répétée aux rochers de la grève

*

La vague qui s'écoule ruisseau de tes pensées

Emplit mon âme sel d'un goût de destinée

Qui berce de langueur tortueuse et magique

Mon corps si affamé de lignes mélodiques

*

La vague en écho aux vents qui tourbillonnent

Se soulève et rugit de ces mots qui bouillonnent

De ce sang écarlate au baiser de l'amant

A la passion du feu aux rires des tourments

*

La vague assoiffée d'amour qui la dévore

Se jette éperdue aux couleurs de l'aurore

Dans le grand océan détenteur de la vie

Eclat des profondeurs de toutes mes envies

*

La vague dessinée aux confins de l'histoire

Accompagne ma quête d'un merveilleux ciboire

Où l'élixir est vin et l'image clarté

Où le chant est divin et la vague beauté

*

busard

Repost 0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 08:52

 

 

 

 

 

 

 

Frontière

 

 

 

Limite lisse

 

 

 

Mes pas se heurtent

 

 

 

Aux pointillés tracés

 

 

 

 

 

 

L'horloge

 

 

 

Sonne cette heure

 

 

 

Temps dérisoire

 

 

 

D'une aiguille effacée

 

 

 

 

 

 

La porte

 

 

 

Sur toi se claque

 

 

 

Brouillant l'image

 

 

 

D'une altérité

 

... et pour ceux qui veulent poursuivre la visite dans une magnifique galerie voici ce lien qui nous envoie dans le monde merveilleux de Neila ...

 http://www.neila-benayed.ca/

 

 

 

 

 busard

 

 

Repost 0
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 08:47

Flap ... l'oiseau se pose à nouveau après quelques jours de pérégrination !

Des jours intenses ... professionnels et personnels. Des jours d'attente et d'espérance décue. La vie semble parfois vous présenter un plateau repas qui vous correspond si parfaitement et que pourtant elle vous refuse.

J'ai postulé récemment pour le poste idéal satisfaisant à la fois mon ambition, mes désirs et capacités d'action et mes valeurs. Le poste !!! Préparé, j'ai passé un premier entretien motivé et brillant mais au second, face à un esprit analytique et peu à même à s'enthousiasmer, j'ai un peu perdu pied. Ohhh pas grand chose, juste un petit doute résultant de la passivité intrinsèque de mon interlocuteur. Il portait son intérêt uniquement sur la mise en corrélation, ligne à ligne, de la description de poste avec mon CV et mettait en évidence chacune des discordances. Après une heure d'entretien nous étions pour moi étrangement toujours des étrangers l'un pour l'autre. Il n'avait pas cherché à savoir qui j'étais vraiment, à quel homme il avait affaire ... mais avait juste tenté de peser les mots. Déstabilisé ... pour lui cela a été fatal. Je n'était pas le candidat froid professionnel qu'il fallait ! Son commentaire ultérieur a été ... "trop humain" ... comme si on pouvait être autre chose qu'humain, surtout en situation de management.

busardement

      

 

 

Repost 0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 18:42

 

 

Dans un air bas et lourd 

La maison silencieuse 

Recherche sans détour 

Sa maîtresse studieuse
 

Le devoir est bien là 

Visible sans vergogne 

La poussière est en tas 

Qui attend la besogne
 

Et l’engin vombrissant 

Guettant l’heure divine 

Du pied droit qui poussant 

Le bouton qui l’anime
 

Gît sans aucun repère 

Sur le tapis persan 

Qui fut offert naguère 

Ceci à prix coûtant
 

Il se montre et se place 

Se montre envahissant 

Espérant qu’on se lasse 

De l’engin encombrant
 

Qu’on le prenne enfin 

Que travail on démarre 

Sans attendre demain
Pour le grand tintamarre
 

Mais voilà que le là-bas
Sur l’écran qui clignote 

Commence un débat 

En terre internaute

Le choix lui est laissé
La tache fastidieuse

L’échange instantané 

Voilà question sérieuse
 

La belle est ainsi faite

Qu’au net elle céda 

A l’appel de la fête

Virtuelle elle alla
 

Pauvre petit aspi 

Oublié compagnon 

Qui pleura de dépit 

Cela plus que de raison
 

L’histoire l’oublia 

Il devient un robot 

En se disant parfois 

Qu’à deux on est plus beau

 

 

Repost 0