Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Oiseau Netique Epigloptaire
  • Oiseau Netique Epigloptaire
  • : Flap ... l'oiseau se pose et puis dépose ... "Dans le désert de ma Pensée S'est envolée la femme oiseau Marquée par l'altérité Dune anamorphosée aux ciseaux"
  • Contact

 Flap

Rechercher

9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 21:39

  DSCN0351.jpg

 

 

Il n’est de mots d’amour qui ne sonnent l’orage

Volées de cœurs qui battent aux rochers éternels

Vagues de sentiments emportés au ravage

Des âmes et des corps de sang empli de miel

 

Il n’est de mots d’amour qui ne chantent la terre

Ses montagnes, ses plaines et ses grands océans

Sa beauté parfumée et ses profonds mystères

Prières aux dieux vengeurs et au grand mécréant

 

Il n’est de mots d’amour qui ne versent de larmes

Aux pieds souillés de boue de qui partage l’autre

Espoir vivant déçu chimères qui nous charment

A l’utopie des sens initiés par l’apôtre

 

Il n’est de mots d’amour qui ne soient mots d’amour

Flèches de Cupidon enfichées au sarment

D’une vigne égéenne qui a pour nom toujours

Rêve de l’insensé destiné aux tourments

 

 

 

 

busard

Repost 0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 22:10

 

bird44.jpg

 

 

 Ce soir je broie du noir !

 

 

 

Repost 0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 21:21

 

DSCN0457.jpg

 

 

 

Ton silence est douleur

Sans toi mon cœur se meurt

Mon âme gémit de ton absence

Car j’ai besoin de ta présence

 

Que veut dire virtualité

Quand des sentiments indomptés

M’emporte jusqu’au délire

Dans un océan de dérives

 

Des volutes de cette langueur

Brisent ma voix remplie de pleurs

Et tempêtent mes sens à l’extrême

Bouteille à l’eau pour dire je t’aime

 

Mon nord est tourné à l’ouest

Et mon ballon n’a plus de lest

Et comme un oiseau migrateur

Je vais errant vers la lueur

 

Et si son vol l'emmenait vers toi

Malgré le ressac et ses lois

Que deviendraient mes certitudes

Changerait-il d’attitude ?

 

 

 

busard

Repost 0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 19:26

 

  IMG00542-20100707-1123-copie-1.jpg

 

 

 

La fièvre de nos corps étalés sur la couche

 Electrise nos sens et nous brûle la bouche

Nos langues entremêlées dans un baiser fougueux

Délivre le message qui passe dans nos yeux 

 

Et nos mains agitées se cherchent et se caressent

Leurs contacts réguliers nous mènent à l'ivresse

Ta peau contre ma peau glisse si fine et douce

Enveloppe mes sens d'un désir qui me pousse 

 

Tel un arc tendu à communier en toi

De mon sexe totem d'un va et vient d'émois

Tout mon être assoiffé de ton plaisir extrême

Occupé à aimer, aimer celle que j'aime 

 

Je te sens te raidir, me griffer, essoufflée

Et dans ma tête explose un goût d'humanité

A mon tour je me tends épuisé pantelant

Dans tes bras je me sens alors comme un enfant 

 

 

busard

 

Repost 0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 09:00

Flap pour des questions sougrenues ....

 

 

Pour quoi la loi française interdit-elle les bizutages et pas la voiture ?

 

Ce que je veux dire en fait c'est, pourquoi dans le premier cas pénalise-t-on, pour un dérapage, l'ensemble des participants et dans l'autre seulement l'individu ?

 

Ne serait-il pas plus judicieux de pénaliser uniquement les dérapages lors des bizutages ?

 

Pour moi, le bizutage a un rôle social, celui de l'intégration dans une corporation ... vaste sujet que celui de l'intégration, surtout celui de l'intégration des jeunes qui après la suppression du service militaire se retrouvent sans repère !

 

Cette société viellissante, craintive, voudrait-elle par hazard sanctionner les classes montantes ?

 

Mon avis est que nous devons revenir à plus de solidarité, à plus de raison et laisser quelques-fois la folie s'exprimer car cette société stressante a bien besoin de soupapes !

 

 

 

busardement

 

 

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 20:05

 

Maison-Sete.jpg

 

 

Le ciel reste ouvert malgré tout

 Malgré tes doutes

 Malgré l'usure

 Malgré le temps qui efface entre nous

 La passion et la démesure

 

 Les sentiments érodés par les mots

 Par les caresses et les baisers

 Restent les mêmes et toujours un peu fous

 Portés par nos vœux éclairés

 

Je te rejoins au jeu des âmes égarées

Je te rejoins cependant car j'estime

Que ma présence a tes cotés est réelle

Je suis là et bien là bien aimée

Et ma vie a toi consacrée est si belle

 

Amour le doute est un poison subtil

Qui s'insinue et dégrade nos rêves

Colore en noir ce qui est blanc ou gris

Et nous ramène sans cesse sur la grève

 

 

busard

22/09/2010

Repost 0
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 12:30

IMG00785-20100901-1955.jpg

 

 

Où es-tu amie …

 

 Tes mots chantants me manquent

 Mon âme se disperse

 Et se languit de cette attente

 Quel est ce vent qui te berce

 

Dans les confins perdus

Tu suis ton parcours météore

Dans des voies où je ne suis pas

Ecarté par toi dès l’aurore

 

 

 

21/07/2006

 

 

busard

Repost 0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 18:22

ponton-17-aout-200820100809_71.JPG  

 

 

Momento

Íntimo

Tormento

Último

 

Manos

Que acarician

Hambre

Obsesiva

 

Alegría

Transitoria

Voz

Nocivos

 

Deseos

Abiertos

Placeres

Sufridos

 

Amigo(a)s

Fieles

Deseos

Reales

 

Cuerpo

Insaciables

Remordimientos

Notables

 

Calor

Lascivo

Humor

Pensativo

 

Sueños

Utopías

Fiebre

Infinita

 

 

busard

Repost 0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 09:32

   

 

Aujourd'hui je souhaiterais signaler ce que j'appelerai "l'Arnaque à l'humanitaire".

  

Le principe est simple :

 

* d'un côté, des écoles d'infirmières bien établie, pourvoyeuses de stagiaires idéalistes

* de l'autre, une assossiation à visée humanitaire implantée par exemple à Thies au Sénégal.

 

Le but initial, louable, est de soutenir l'effort médical local dans les dispensaires et pour les stagaires, acquérir de l'expérience.

 

A départ donc tout cela est très bien ... mais voyons comment cela se passe en réalité.

 

1- on fait venir le plus grand nombre de stagiaires possible

2- du coup, les stagiaires sont tellement nombreux (7 dans un dispensaire) qu'il n'ont absolument rien à faire( à noter que même s'ils avaient eu du travail, ils n'auraient pas eu le droit d'intervenir pusiqu'ils ne sont pas diplomés)

3- on récupére dans la foulée les frais de séjour (environ 300 € hors hébergement non compris normalement à 8€ par jour auxquels il faut ajouter les déplacements dits touristiques que l'on essaye d'imposer par la menace et plus si affinité).

 

 On peut imaginer l'état de nos jeunes stagiaires (souvent des jeunes filles) esseulées et inexpérimentées devant faire face à cette mafia.

 

Ma nièce, paniquée et plusieurs de ses camarades ont du réellement s'enfuir et revenir en France après seulement 2 semaines.

 

Cerise sur le gâteau, à leur retour en france le directeur de l'étabissement les a menacé d'exclusion car elles n'avaient pas effectué le stage, eleur signifiant qu'il ne voulait absolument pas rencontrer la famille. La question qui se pose alors est la suivante : irresponsabilité ou complicité ? 

 

 

 

busardement

 

 

 

Repost 0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 17:45

 

 

vuur_a.jpg

 

 

 

Le feu mange ma tête de sa flamme incendiaire

 Rongeant dans des effluves d’essences et de fumée

 Milles de ces idées qui grillent aussitôt nées

 Et s’échappent en braises fugitives et si fières

 

 Il brûle dessinant des volutes errantes

 Qui dansent sur mon corps sans plus de volonté

 Caressant de douleurs vives et incandescentes

 Mon âme consumée par des remords cendrés

 

 La lave se répands et s’écoule odorante

 Calcinant cette vie de chaleur enivrée

 La lave donne au bois des humeurs alarmantes

 Le tordant, le pliant à sa noire bonté 

 

Le feu crisse la nuit au milieu des ténèbres

 Se mêlant à la joie et rires des damnés

Et donne de l’élan à ce rite funèbre

Ne laissant nul espoir au monde condamné 

 

 

 

busard 

22/07/2010

 

Repost 0